Le pragmatique romantique

Ou l'inverse.

2005/03/23

 

Cette fille là

C'est grâce à elle que je recommence à écrire ici. Elle n'en a aucune idée, elle n'a certainement pas fait exprès. Mais après avoir lu ce qu'elle écris (et vachement avoir eu envie de la rencontrer) ça m'a donné envie d'ouvrir un peu plus mon jardin secret, parce que finalement, c'est le printemps, non? Quand on est inspiré, il faut savoir saisir l'énergie qui passe...

C'est un peu freakant parce qu'elle à le même nom que mon ex et qu'elle aussi éprouve un peu de difficulté avec la gestion des horaires de garde avec son ex, alors à la première lecture ça m'a fait sourire. Ensuite j'ai pensé, ce P, quel con! Ensuite, je me suis dis qu'enn tant que jeune trentenaire, je suis un peu condamné statistiquement avec les Isabelles...

Ma première flamme qui m'a fait rêver d'être un robin des bois, de la deuxième à la sixième année était une Isabelle. Je m'imaginais lancer une flèche qui allait se planter dans le cadrage de la fenêtre de cette fille là, au second étage de son duplex médiéval, portant le poème enflammé de passion que je lui aurait écris à l'encre rouge sur du papier parchemin. Ensuite après une Sophie qui a renversé mon coeur (ha, les Sophies, c'est aussi hautement probable) au début du secondaire et une Geneviève qui m'a appris à embrassser comme il faut, j'ai eu encore flamme d'Isabelle. Souvent des filles fortes les Isabelles (fausse statistiques, j'aime les filles avec un fort caractère, donc ce sont celles que je remarque, donc je n'ai aucune idée des Isabelles au caractère doux, je ne les vois pas!)...

Donc cette seconde Isabelle, cette fille là était déjà éprise d'un Benoit plus vieux d'un an (en secondaire 4, c'est beaucoup un an!), je l'ai courtisé, sans relache. Je lui ai écris. Des lettres et des lettres, parfois des dizaines de pages chacune. Avec mes mots, mes conneries, ma poésie. C'était ma première vraie muse. J'ai appris à écrire la poésie pour elle. Enfin, commencé à apprendre, c'est un processus continuel. J'ai gagné son coeur. Mais jamais son quotidien. Trop triste, je suis parti ailleurs quelques années plus tard, parce que je ne pouvais pas supporter d'être dans cette ambiguité constante. Il y a bien eu une Julie, danseuse de ballet jazz qui m'a allumé aussi entre mes fluctuations de cette Isabelle, mais le fait que mon copain Éric aussi avait un oeil (et une patte aussi par la suite) dessus n'a pas aidé à m'affranchir de cette Isa.

Après quelques années de divagation et de chasse de fin d'adolescence (et de début de cégep), j'ai retrouvé une Isabelle à ma mesure. Quelle tempête cette jeune femme! Un maëlstrom d'énergie, de certitudes et d'incertitudes, une fonceuse (sa mère dit plutôt: une défonceuse). Dans ce cours de littérature québécoise (cours ou j'ai connu Alex d'ailleurs, y'a pas de hasard) j'ai tout de suite su que cette fille là m'avait dans sa poche. Mais c'était correct, je savais que je l'aurais dans la mienne aussi. C'est chouette l'amour quand c'est mutuel... Donc cette Isabelle, regard perçant, t-shirt de skate et kickers au pieds, balaçant ses longs cheveux bruns quand elle s'emportait (mais esti que t'étais belle avec tes adidas gazelles kickers en suède, tes cheveux longs avec des tresses qui pendaient jusqu'aux fesses!), cette file là je l'ai aimé comme pas possible. Au début elle ne me croyait pas. Mais j'ai la tête aussi dure que le coeur tendre...

Alors je lui ai dis que je l'aimerais pour toujours (ce qui reste encore un peu vrai malgré tout). Je lui ai dis que je voulais des enfants (j'avais 20 ans, elle six mois de moins). Plusieurs enfants. Maintenant. Et contrairement aux autres jeunes femmes au début de la vingtaine, elle m'a souri. Avec ses yeux pleins de fougue, elle a acquisé. Elle est partie 3 semaines en Chine et ensuite nous sommes restés ensemble plus de 10 ans. Nous avons fait trois magnifiques enfants ensemble. Nous les faisons encore d'ailleurs, ça prend environ 20 ans à faire des adultes avec des enfants, ce n'est pas un truc rapido à parfaire. C'est par contre maintenant la seule chose que nous soyons encore capable de faire d'un commun accord. Heureusement pour eux, les déchirements des dernières années (sujet d'un autre billet) n'ont pas réussi à nous enlever notre dévouement pour nos enfants, notre plus belle réussite commune. Mais cette fille là que j'aimais est disparue dans les dernières années. Elle est partie. Ou elle s'est enfuie. Ce n'est pas encore tout à fait clair...

Ce qui est clair c'est que je suis seul. Avec mes trois enfants une semaine sur deux. Je suis un fier père. Je retrouve les plaisirs d'avoir aussi plus de temps pour moi, de sortir, de m'amuser, de profiter un peu de ma trentaine qui s'amorce de mieux en mieux. J'aime ce que je deviens. Je fais plein d'expériences trippantes, comme écrire ce billet d'un seul jet, à brûle-clavier, parce que j'en avais envie, malgré les centaines d'autres choses que j'ai à faire... Hey merci Alex de l'avoir invité à prendre un café et d'avoir commenté sur le billet de Patrick, ça fait du bien d'écrire. Peu importe si c'est à cause de cette fille là, ou d'une autre, ce n'est peut-être pas ça qui est important après tout. Reste que les mots que j'ai dans ma tête ont besoin de prendre l'air!


Comments:
Très content de relire du RubyJam!

Je me demandais justement dernièrement quand j'entendrais parler de lui à nouveau. Je peux drolement apprécier ce billet puisque je l'ai connu ton Isabelle. Alors je sais ce que c'est qu'une Isabelle... Ce sont des femmes magnifiques!

J'espère bien que tu auras envie d'écrire ici une fois de temps en temps!
 
Je suis un peu bouche-bée mais absolument flattée de t'avoir redonné envie de coucher quelques mots ici.. :)
 
Content de pouvoir lire du Rubyjam pour la première fois :D

Tu sais Ruby que l'on partage la même source. Moi aussi c'est à cause de cette isabelle que je me suis remis à écrire.

Et mon vieux .. au souper samedi tu me disais intense. Je pense qu'on se compare pas mal n'est-ce pas?

lol!
On ira la prendre notre bière de célibataire :D
 
Non, on n'a pas trop l'air freak avec nos trois commentaires à même pas une heure d'intervalle!!
 
Freaks?

Un tout p'tit peu. Pas beaucoup. Juste assez. Je pense.

Hehe. ;-)

Alex est content, l'Isabelle dévouverte hier est bouche-bée et Carl fait de l'association spontanée... ça va mériter quelques répliques bien tassées ça!!

Je dois avouer que ça fait du bien d'écrire sous cette forme, sous ce pseudo-pseudonyme, de laisser parler une des autres voix dans ma tête (ouais, c'est quand même pas mal sous contrôle toutes ces voix dans ma tête, faut pas s'inquéter).
 
Publier un commentaire



<< Home

Archives

2003-01   2003-10   2004-03   2004-07   2004-08   2004-11   2004-12   2005-01   2005-03   2005-04   2005-05   2005-06   2005-07   2005-08   2005-09   2005-10   2005-11   2005-12   2006-01   2006-02   2006-03   2006-04   2006-05   2006-06   2006-09   2006-12   2007-02   2007-06   2007-07   2007-12  

This page is powered by Blogger. Isn't yours?